Histoire

Différentes études de terrain ont montré que les habitants de la ville de Bichkek, capitale du Kirghizstan, regrettent que les espaces verts soient aujourd’hui dans un état de détérioration (manque d’entretien, coupes d’arbres, constructions, présence de déchets ménagers, manque d’activités intéressantes,…). La ville de Bichkek avait autrefois le statut de ville parmi les plus vertes et les plus agréables de l’Union soviétique. La situation s’est dégradée d’année en année, à tel point qu’en 2009 Bichkek est classée seizième dans la liste des trente villes les plus sales du monde publiée par The Blacksmith Institute, une ONG qui divulgue chaque année un rapport d’évaluation de l’environnement urbain. C’est pourquoi il nous a semblé urgent de réagir et d’œuvrer pour protéger, rénover et développer les espaces verts de Bichkek et en particulier le plus grand parc forestier de Bichkek : le parc Karagachevaïa Rocha. Celui-ci a été aménagé à la fin du XIX ème siècle par le botaniste et horticulteur Alexis Fetisov et ses élèves :


Désormais le parc compte des milliers d’arbres de différentes espèces et constituent une zone boisée importante au nord de la capitale du Kirghizistan.

Quelques photographies actuelles du parc et de sa forêt…

 

 

Le parc Karagachevaïa Rocha est aujourd’hui sérieusement détérioré et menacé par les constructions de maisons individuelles sur son territoire, les coupes d’arbres ainsi que les dépôts sauvages de déchets ménagers. Quelques preuves en images :

 

Avec près de 128,34 hectares, le parc Karagachevaïa Rocha est donc le plus grand parc de Bichkek et l’unique arboretum de ce type au Kirghizstan. On y recense plusieurs dizaines d’espèces d’arbres différentes dont le fameux Karagach dont il tire son nom. Il a une influence bénéfique sur le climat de Bichkek en régulant l’humidité de l’air. Par ailleurs, il a été crée en 1881 soit peu de temps après la fondation de la capitale du Kirghizstan en 1878.

Ce parc fait partie du patrimoine naturel et historique de Bichkek et du Kirghizstan. En 1992, le parc couvrait une superficie de 215,69 hectares contre 143,3 hectares en 2010 et moins de 128,34 hectares de nos jours. Il a ainsi perdu plus de 87 hectares en près de 26 ans…

En protégeant l’un des plus grands et des plus anciens parcs de Bichkek, ce projet entend apporter une réponse au problème sérieux de la dégradation des espaces verts dans la ville de Bichkek et donc de la dégradation de la qualité de vie dans la capitale kirghize, contribuant ainsi à redonner à la ville son statut de ville verte.