Objectif

L’Association Franco-Kirghize d’Ecotourisme a monté un projet pour protéger le parc Karagachevaïa Rocha (« le bosquet d’ormes ») et le réaménager en centre d’éducation à l’environnement. Ce centre, qui serait le premier du genre au Kirghizstan et dans la région proche, comprendrait en un même lieu un arboretum, un espace de loisirs verts ainsi qu’un parc animalier dans lequel seraient maintenues à l’état de semi-liberté différentes espèces rares ou en voie de disparition, présentes au Kirghizstan ou dans les pays d’Asie centrale. Les visiteurs pourront y découvrir des informations sur les arbres, les espèces animales présentes, la gestion des déchets, la qualité de l’air ou encore le réchauffement climatique.

Les informations seront données en différentes langues notamment en langue kirghize et française. Des parcours de visites, des jeux et des animations pédagogiques sont prévus pour les écoles de Bichkek et du pays.

L’objectif est d’enclencher une dynamique positive et durable concernant la préservation des espaces verts de Bichkek et la conservation des espèces animales menacées du Kirghizstan par une véritable éducation au respect de l’environnement et un développement de la recherche notamment dans le domaine du développement durable. Le parc Karagachevaïa Rocha compte près de 128,34 hectares au total ce qui en fait le plus grand parc public de Bichkek et l’un des plus anciens. Ceci rajoute un caractère symbolique au projet.


En résumé, les objectifs visés sont:

  • Protéger l’unique forêt de Bichkek et les espèces d’arbres qu’elle concentre dont : plusieurs espèces d’ormes comme Ulmus androssowii, Ulmus densa, Ulmus laevis, Ulmus pumila arborea mais aussi des frênes de Mandchourie, charmes, amandiers, sorbiers, chênes, érables, platanes, bouleaux, une espèce de sycomore endémique, des espèces de pins dont Pinus mongolian scotch et Pinus pinaster, différentes espèces de peupliers et d’autres…Cela vise en particulier l’abattage illégal des arbres et les constructions illégales du moins non contrôlées dans le parc même;
  • Sensibiliser la population et notamment les jeunes à la protection de l’environnement notamment grâce à la réalisation de programmes éducatifs et de visites pour les écoles de Bichkek et du Kirghizstan.
  • Accompagner les politiques publiques locales sur les volets de la protection de l’environnement et du développement du tourisme (durable).
  • Protéger la biodiversité du Kirghizistan et de la région d’Asie centrale en conservant la faune et la flore du parc ainsi que des espèces animales locales rares ou en voie de
    disparition 
    dans la région comme le chat de Pallas, la loutre ou encore la tortue d’Horsfield.

    En protégeant l’un des plus grands et des plus anciens parcs de Bichkek, ce projet entend apporter une réponse au problème sérieux de la dégradation des espaces verts dans la ville de Bichkek et donc de la dégradation de la qualité de vie dans la capitale kirghize, contribuant ainsi à redonner à la ville son statut de ville verte.